V e r t i g e s

Je fais des rêves, c'est n'importe quoi. Je me vois dans la marmite. Je me dis : "Qu'est-ce que je fais là... ?" Il faut que je sorte, j'ai rien à faire ici, mais je n'arrive pas à sortir, je regarde autour de moi et je vois plein de légumes, des morceaux de viande qui flottent autour de moi dans l'eau bouillante. Je me dis : "Je suis en train de cuire mais je sens rien", en même temps c'est confortable, je me sens bien avec les légumes.

 
 
Les maisons hantées ne sont pas forcément en Ecosse, surmontées de girouettes grinçantes agitées par un vent sauvage, au bord d’un loch tout noir rempli de monstres bizarres et inconnus ! Elles sont partout, peut être juste à côté de chez nous. Nadir va faire le tour de sa maison hantée, de son histoire, ses frayeurs, ses complexes, ses fantômes et fantasmes, à ce tournant de la quarantaine. Suite à son divorce, il décide de se rapprocher de sa famille pour retrouver un peu de calme. Beaucoup de choses ont changé autour de lui, le quartier s’est appauvrit, certains se sont radicalisés, la population a changé. Il se retrouve engloutit dans un monde parallèle, un monde fantastique, avec une famille livrée à elle même et un père sur le point de mourir. Cette plongée onirique nous entraine dans un voyage à travers une réalité qui constitue pourtant le quotidien de ces familles d’origine étrangère, devenues françaises pour des raisons oubliées.

 
 

L’auteur et metteur en scène, Nasser Djemaï, artiste associé à la MC2 Grenoble, signe le troisième volet d’une saga autour de la construction identitaire. À travers cette fable drôle et cruelle, il nous invite à nous réconcilier avec la complexité, à prendre place dans la vie de cette famille orpheline de sa propre histoire. Cette famille ne veut rien nous expliquer. Elle veut simplement continuer cette quête du sens, cette quête de soi, dans un monde en pleine mutation. Pour elle, il s’agit maintenant de réinterroger son héritage, peut être de réinventer un nouvelle époque, un nouveau monde, sans doute une nouvelle religion ?

Création du 11 au 28 janvier 2017 – MC2: Grenoble

 DISTRIBUTION Texte et mise en scène : Nasser Djemaï | Dramaturgie : Natacha Diet | Avec Fatima Aibout, la Mère | Clémence Azincourt, Mina | Zakariya Gouram, Nadir | Martine Harmel, la Voisine | Issam Rachyq-Ahrad, Hakim | Lounès Tazaïrt, le Père | Assistant à la mise en scène | Benjamin Moreau | Lumière Renaud Lagier | Son Frédéric Minière | Vidéo Claire Roygnan | Scénographie Alice Duchange | Costumes Benjamin Moreau | Régie générale et régie plateau Lellia Chimento | Régisseur lumière Pierrick Gigand | Régisseur son/vidéo Nicolas Perreau | Décor (construction) atelier MC2 : Grenoble | Costumes (confection) atelier MC2 : Grenoble 

Production Compagnie Nasser Djemaï | Directrice de production Céline Martinet | Production exécutive MC2 : Grenoble | Directrice de production Christine Fernet | Coproduction MC2: Grenoble, Théâtre des Quartiers d’Ivry Centre dramatique national du Val-de Marne, le Grand T théâtre de Loire- Atlantique, le Granit scène nationale Belfort, MCB° Bourges, Maison des arts du Léman Thonon, Théâtre du Château Rouge Annemasse, Théâtre du Vellein Villefontaine, Théâtre de la Croix-Rousse Lyon, Le Théâtre de Rungis, Les Salins scène nationale de Martigues | Avec le soutien de la Chartreuse-CNES Villeneuve-lez-Avignon, le CENTQUATRE-PARIS, la Maison des métallos Paris, le Théâtre 13 Paris, Théâtre du Chevalet Noyon, le Groupe des 20 théâtres en Île-de-France, le Groupe des 20 Auvergne-Rhône-Alpes, les Théâtrales Charles Dullin, Théâtre Gérard Philipe de Champigny-sur-Marne, la Caisse des Dépôts | Aide à l’écriture du Centre national du livre
Ce texte est lauréat de la Commission nationale d'Aide à la création de textes dramatiques - ARTCENA | Cette œuvre a bénéficié de l’aide à la production et à la diffusion du Fonds SACD Théâtre | Editeur Actes Sud-Papiers | La Compagnie Nasser Djemaï est conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Auvergne – Rhône-Alpes et subventionnée par la Région Auvergne–Rhône-Alpes, le Conseil départemental de l’Isère et la ville de Grenoble